• La composition d'une image

     

    La composition d'une image

    (Toutes les images utilisées ici sont extraites de Fairy Tail)

    Ce tutoriel vous permettra de réaliser des images fortes et de faciliter la lecture de vos planches dans le cas d'une bande dessinée ou d'un manga!

     

    Le dessin en bande dessinée (ou manga) ne se limite pas à placer des personnages de manière aléatoire dans une case. Afin d'avoir une bonne dynamique de lecture, un dessin ou une case doit respecter quelques règles qui le rendront plus plaisant à l’œil et plus fort; si une image trop symétrique endort l’œil et présente rarement un grand intérêt, une image trop fouillis au contraire l'affole car il ne sait plus vers quoi se diriger.

    La plupart du temps, le regard du spectateur attiré par certaines lignes et points « forts » de l'image. La hiérarchisation des éléments du dessin en relation avec ces zones particulières de l'image, afin de les mettre en valeur ou les équilibrer tient compte de quelques règles empiriques simples à respecter et qui interviennent lors de l'élaboration du dessin, c'est ce que l'on appelle sa composition.

    Au cours de l'élaboration d'un dessin, une fois le sujet choisi, le dessinateur dispose de plusieurs outils qui feront ressortir l'expressivité des personnages et des éléments présents en les organisant dans leur environnement qui est le décor. Parmi ces outils, on retrouve le cadrage de l'image, qui comprend le plan du dessin et son angle de vue. L'exploitation des points forts de l'image et des lignes particulières précédemment cités est également un support pour le dessinateur. On détaillera en particulier la « règle des tiers » qui permet un équilibre efficace du dessin.

     

    I. Composition de l'image

    La composition de l'image, comme cela a été dit en introduction, permet de faciliter la lecture du dessin par l’œil. Elle doit permettre de guider le regard du spectateur. Il est donc important de prendre en compte le sens de lecture de la bande dessinée ou du manga avant de se lancer dans la construction de l'image.

    En effet, si dans les deux cas, la lecture s'effectue de haut en bas, le sens de lecture japonais impose une lecture de droite à gauche, alors que la bande dessinée est réalisée de gauche à droite. L’œil du spectateur, qui s'attend à avoir un sens de lecture imposé, ne doit donc pas hésiter sur la direction à suivre.

    La composition d'une image

                          sens bande dessinée                                               sens manga

    C'est pourquoi, la mise en valeur de certains éléments par rapport à d'autres agira comme une sorte de rail qui orientera le regard du lecteur, tout en lui indiquant les éléments importants pour la suite.

     

     

    II. Cadrage

    Au cours d'une scène dans une bande dessinée ou un manga, la narration impose au dessinateur de prendre en compte les positions des objets et des personnages, mais également leurs déplacements dans les décors. Lors d'une illustration simple, le dessinateur peut se permettre d'organiser les objets de manière à avoir une belle composition, mais lors de la réalisation d'une planche, d'une case sur l'autre, les objets ne doivent pas avoir bougé (à moins d'avoir été transportés) dans le but de clarifier l'image.

    C'est pourquoi, pour s'adapter à cette immobilité de certains éléments, et à l'inverse, au mouvement des autres, le dessinateur dispose de plusieurs astuces permettant, à l'échelle, non plus de la case, mais de la planche, de conserver une mise en scène efficace et variée. Le cadrage de l'image permet au dessinateur de faire varier les dessins d'une case à l'autre, bien que l'action se déroule dans un même décor. Le cadrage met notamment en jeu le cadrage au sens strict du terme : c'est à dire le choix de ce qui apparaîtra sur la case et de ce qui sera en dehors, en jouant avec les différents plans de l'image (voir tuto correspondant). Il fait également intervenir les angles de vues (voir tuto correspondant), ce qui autorise un jeu sur les perspectives et donc la profondeur et le dynamisme de l'image.

    L'utilisation de ces deux procédés permet une grande palette de possibilités pour le dessinateur. Il est évident que le plan et l'angle de vue doivent être choisis en fonction de ce que le dessin doit suggérer et encore une fois, mettre en valeur (que ce soit un élément concret ou une émotion). Pour plus de précision sur l'emploi des angles de vue et des plans, vous pouvez vous référer aux tutoriels déjà disponibles.

     

     

    III. La règle des tiers

    L'architecte romain Marcus Vitruvius Pollio a été le premier à mentionner durant l'antiquité le nombre d'or, qui se définit comme un rapport sur deux longueurs a et b, de telle manière que a/b =(a+b)/a. Ce rapport environ égal à 1,6 est ce qui est le plus agréable et stable à l’œil. Il a été déterminé par la suite que depuis la petite enfance, c'est ce rapport qui semble le plus naturel et le plus esthétique.

    La règle des tiers s'inspire de ce nombre d'or. Il s'agit d'une simplification sur la feuille du rapport entre ces deux dimensions a et b. On peut en effet approximer le rapport 1,6 à 1,5 ; qui est le rapport un tiers/deux tiers, à la base de la règle des tiers.

     

    1. Découpage par tiers

    La règle des tiers consiste à diviser l’espace horizontalement et verticalement en trois parties égales. Les lignes obtenues serviront de base à la composition de l'image. Elles sont appelées lignes de force. Leurs intersections délimitent les points forts, au nombre de quatre. Le centre du l'image, qui s'inscrit dans une symétrie de l'image, n'est pas considéré comme un point fort, sauf dans le cas d'une image ronde, ce qui reste relativement peu fréquent en bande dessinée ou manga (mais toutefois observable).

     

    La composition d'une image

     

    De cette première division découlent des subdivisions engendrant des lignes de force secondaire, et qui restent intéressante à exploiter dans un objectif de variation des cases successives.

     

    La composition d'une image

     

     

    2. Utilisation des points forts et des lignes de forces

    Les points forts précédemment définis sont ceux qui naturellement attirent et reposent l’œil. C'est à ces endroits qu'on placera les points d’intérêt de la composition. Les lignes de forces, elles, supporteront les lignes directrices de la composition.

    • Les points d’intérêt sont les éléments de la composition que le dessinateur veut mettre en valeur ; un objet, un détail, ou même l'élément principal de l'image. C'est pourquoi il a tout intérêt à le faire coïncider avec un des points forts de la case.

    Exemple:

    La composition d'une image

     

    Ici l'intensité du regard de Natsu est souligné par le gros plan qui cadre sa tête, et ses yeux placés sur les points forts de la case.

    • Les lignes directrices sont les lignes principales du dessin, elles peuvent venir d'un élément du décor comme d'un personnage. On utilise souvent les lignes de force horizontales comme support de la ligne d'horizon quand il y en a.  

     Exemple:

    La composition d'une image

     

    Ici, l'image présente un semblant de symétrie par le monument placé au centre. On remarque cependant l'ensemble à droite formant presque un avant plan jusqu'aux escaliers, qui répond au par terre placé en face derrière le banc. Le lampadaire se situe au niveau d'une ligne de force et la séparation entre ciel et terre au deux-tiers supérieur de l'image.

    On met ici en évidence un autre intérêt des lignes de force, qui permettent de délimiter des ensembles et de les séparer dans des zones différentes du cadre.

    L'exemple ci-dessous montre comment les personnages sont placés par rapport aux lignes de tiers.

     

    La composition d'une image

     

    Erza délimite un ensemble qui s'arrête au tiers gauche de l'image (contours rouges). Grey est placé sur la ligne de force droite. Mais l'avant plan permis par la présence d'Erza délimite une nouvelle case (contours bleus) dont Grey remplit la zone (le tiers) du milieu.

    Cette technique permet une ouverture plus large d'un coté des personnages que de l'autre, et ainsi de mettre en perspective leur regard, hors champ, et d'orienter le regard du lecteur vers la case suivante.

     

    La composition d'une image

    La direction du regard de Wendy et l'espace qui lui est laissé dans la case indique au lecteur où poursuivre sa lecture.

     

    L'axe d'un personnage en mouvement peut également de superposer à une ligne de force primaire ou secondaire, lui conférant un équilibre particulier dans la case même pendant une scène d''action.

     

    La composition d'une image

     

    L'image suivante, Lucy est entièrement placée sur le triangle supérieur droit de la case. La ligne de l'oreiller, parallèle à l'axe même de Lucy, renvoie à sa masse et renforce la stabilité. Son visage est un point focalisant et est placé sur un point fort. Les mains sont également dans une zone forte de l'image.

    Cette fois, avec Wendy...

     

    La composition d'une image

     

     

    3. Limites de l'application

    Cette règle sert à donner un sens de lecture facilité à l'image, et une impression de naturel permise par le passage de l’œil d'un élément à l'autre sans heurt ni hésitation sur les éléments principaux de l'image. Mais elle n'est qu'un outil est absolument pas une obligation. Il ne faut pas chercher par tous les moyens à la respecter, au risque de déséquilibrer totalement le dessin.

    Cependant dans certains cas, pour renforcer un effet dramatique par exemple, accentuer la géométrie d'un paysage ou l'impact d'un point fort, le dessinateur pourra choisir de découper sa case en deux fois deux parties, profitant ainsi des axes de symétries qui seront ses nouvelles lignes de forces. Ce sont des effets à ménager pour ne pas rendre la narration par l'image lourde et fastidieuse.

     

    La composition d'une image

    Ici, la symétrie de l'image la rend beaucoup plus légère et spontanée qu'une composition riche, et se prête bien à la surprise sans gravité de Wendy.

     

    Et la couleur?

    Le terme de composition s'applique aussi à la mise en couleur d'un dessin. C'est l'art de mettre en relation les couleurs des objets afin de renforcer encore l'équilibre du dessin. Cet aspect n'a pas été détaillé ici mais fera peut-être l'objet d'un tutoriel à l'avenir.

     

    Voilà, à vos crayons!

     

    ~ellia

    « GinL21e Concours - Signes astrologiques »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Clara-Fox
    Mercredi 2 Avril 2014 à 18:32

    Ou peut on trouver,acheté ces papiers ?

    2
    Clara-Fox
    Samedi 5 Avril 2014 à 13:03

    #Les papier comics book #

    3
    Samedi 5 Avril 2014 à 13:55

    Je pense que tu peux acheter ce papier sur le net en tapant "comic book deleter", mais pour des infos plus précises tu devras attendre que l'auteure de ce tutoriel repasse par ici! En effet ellia en a acheté et pourra te dire plus précisément par où passer. :)

    4
    Jeudi 17 Avril 2014 à 12:25

    Voilà voilà je passe.

    Réponse formulée ici (commentaire n°3) :

    http://draw.eklablog.com/utilisation-du-papier-comic-book-a106879812

    Bonne journée !

    ~ellia

    5
    Lundi 26 Février à 00:15

    Greetings! All you have done seems to be easy-to understand, detailed and clear! Thanks a lot for the shared post! Keep it up! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :